Accueil

BENEDICTIONS

 

J’ai rencontré Olivier Bonnin lors d’un vernissage à l’automne 2006 à Budapest. Il portrait costume et cravate. A distance il ressemblait à un homme d’affaires. Comme la soirée avançait et qu’un ami me présenta à lui, la première impression que je reçus était une sorte de distance qu’il maintenait avec les autres, ayant des discussions amicales avec les artistes et les visiteurs en même temps. Cela me rendit curieux de comprendre la situation .exacte Je vis son regard cherchant entre les tableaux de l’exposition. Cela lui prit un certain temps pour finir par me dire : il avait fini l’école des Beaux Arts de Paris et il fait des sculptures a coté de son travail. J’avais alors beaucoup de travail, et un peu de temps passa avant que je le revoie. Il m’invita avec ma compagne pour voir ses travaux. En entrant, je vis des mains, des mains, et juste des mains. Comme lorsque quelqu’un se pose a lui-même toujours la même question, croyant que la réponse apportera un remède, comme un deuil de conséquence pendant qu’il cherchait à trouver la position éternelle de l’âme. Parlant non pas en symboles visuels comme des gestes, mais à travers les éternelles formes silencieuses de la sculpture. Ce qui me frappa c’est son respect, son désir et son attention a l’art et spécialement a la sculpture. Sa forme particulière d’attention, et sa volonté de casser la magie de la simple projection de ce monde visuel fut ce que j’ai vu en premier. Ce monde de formes ou la sculpture n’est pas que la copie mimétique d’un objet ou d’une entité existant, mais l’endroit ou les formes créent leur environnement et leur vie individuelle dans leur nouvel et individuel espace sacré. Je vois qu’il connait son chemin. Je vois aussi que quand quelqu’un comprends quel est le véritable sujet de la sculpture. Ce n’est plus qu’une question de temps et d’effort pour réussir. Je sais que c’est un long chemin pour comprendre et réaliser. Et la position de l’art dans nos sociétés est aussi en quelque sorte difficile. En dépit de cela, je suis convaincu qu’il est sur la bonne voie. L’art est une voie pour nous connaitre nous-mêmes et le monde qui nous entoure. L’art n’est pas un point de vue, ce n’est pas juste une philosophie, c’est une façon de vivre. J’espère que ses sculptures convaincront les gens de l’importance de ce trésor dans nos vies.

Janos Kalmar